Simon and Jérôme: Third Time’s a Charm

Last month, we kept the suspense for the result of the pregnancy test. It’s finally time to tell you everything. Indeed, after several seconds of the video filmed by Courtney, we could see the urinary pregnancy test sadly announces a “NO”.

We understand then that the transfer did not work and the rest of the day is very difficult and full of doubts. It was another failure for us and a big disappointment for Courtney. We exchange many messages with Courtney telling her that it’s not her fault. It did not work out this time but she should not feel responsible for that.

The blood test a few days later will confirm that this transfer did not work. But Courtney is a resourceful woman who is committed to this adventure. She agreed to make a new transfer by the end of June, as soon as her new cycle would start. After stopping the stimulation treatments, it is necessary to wait only a few days for a new cycle to arrive.

We decided to have the embryos tested by the PGS test to try to increase the chances of the next transfer. This is a heavy financial decision, but we thought it was worth it to avoid another failure or miscarriage. We also decided to use the embryo glue procedure. This technique consists of soaking the embryos in a “sticky” solution in order to increase the chances of maintaining the embryo and therefore of success.

The day after the cessation of the stimulation treatments, Courtney told us that a new cycle had begun. It was so fast that the embryo tests had to be done urgently because it takes a while to complete. Again, she restarted the stimulation treatments, and after 10 days of treatment, a new ultrasound confirmed the possibility of a transfer late May.

The date was very hard to find because Courtney worked a lot during the summer months and she wanted to make the most of her daughters’ school holidays, which we understand of course. Fortunately, we finally managed to find a date on Friday, June 28th. So again, we had to book the flights and the hotel. For this transfer and for practical reasons, Courtney was accompanied by her sister whom we had the opportunity to meet during the Skype transfer to the clinic.

We learned a few days before the transfer that the 10 embryos we decided to test (we decided to keep 3 without testing them in case the tests were not completed before the next transfer, since we were pressed by the time we provided) by the PGS test, 2 were bad and had been destroyed and the remaining 8 were of very good quality.

Courtney also showed us her altruistic approach by announcing to us the day before the transfer that she was going to stop one of her three jobs (which she had started recently) in order to have more time to rest and no longer be in contact with cleaning chemicals during pregnancy. We really thank her for that decision when we did not ask her anything. She also showed us a gift she had already bought for our future baby. A beautiful t-shirt that the word “Canada” written on it obviously. What better proof of love and desire in her willingness to help us?

Once again, Skype was an intense moment and full of emotions during the transfer. We then had 7 days of waiting before being able to take the urinary test. It’s a journey that seems long but we do not doubt the success. We hope so much that this third transfer will be the one that will allow us to become parents and realize our dream.

To see our child running in our garden with us one day will be our greatest gift in life. We have friends who have had a child through surrogacy in Canada and we hope to see them play together very quickly and share their common history of Canada.

La Troisième Fois est un Charme

Le mois dernier, nous avions gardé le suspens pour la résultat du test de grossesse. Il est temps enfin de tout vous dire. En effet, après plusieurs secondes à clignoter sur la vidéo filmée par Courtney, le test de grossesse urinaire nous annonce tristement un « NO ».

Nous comprenons alors que le transfert n’a pas fonctionné. Nous nous prenons alors dans les bras et le reste de la journée est très difficile et pleins de doutes. Ce fut pour nous un échec de plus et une grosse déception pour Courtney. Nous échangeons bien sûr beaucoup de messages avec Courtney pour ne pas qu’elle culpabilise. Ca n’a pas marché cette fois-ci mais elle ne doit pas se sentir responsable de cela. La prise de sang quelques jours plus tard va confirmer que ce transfert n’a pas fonctionné.

Mais Courtney est une femme pleine de ressources et qui est partie prenante dans cette aventure. Elle a accepté de faire un nouveau transfert pour la fin du mois de Juin, dès que son nouveau cycle se déclencherait. Après l’arrêt des traitements de stimulation, il faut en effet n’attendre que quelques jours pour qu’un nouveau cycle arrive. Nous avons de notre côté décidé de faire tester génétiquement les embryons par le test du PGS pour essayer d’augmenter les chances lors du prochain transfert. C’est une lourde décision financière, mais nous pensions qu’elle en valait la peine pour éviter un nouvel échec ou une nouvelle fausse couche.

Nous avons également décidé d’utiliser la procédure de l’embryoglue. Cette technique consiste à tremper les embryons dans une solution « collante » afin d’augmenter les chances de maintien de l’embryon et donc de réussite. Le lendemain de l’arrêt des traitements de stimulation, Courtney nous a annoncé qu’un nouveau cycle avait commencé. Ce fut tellement rapide que les tests sur les embryons ont dû être réalisés en urgence car il faut un certain temps pour les réaliser.

De nouveau, elle a donc recommencé les traitements de stimulation, puis après 10 jours de traitement, une nouvelle échographie a confirmé la possibilité de faire un transfert fin mai. La date a été très difficile à trouver car Courtney travaille beaucoup en période estivale et qu’elle voulait profiter pleinement des vacances scolaires de ses filles. Ce que nous comprenons bien évidemment. Heureusement, nous avons finalement réussi à trouver une date, le vendredi 28 juin.

De nouveau, il a donc fallu réserver les vols et l’hôtel. Pour ce transfert et pour des raisons pratiques, Courtney a été accompagnée par cette sœur dont nous avons eu l’occasion de faire connaissance pendant le Skype du transfert à la clinique.

Nous avons appris quelques jours avant le transfert que sur les 10 embryons que nous avons décidé de tester (nous avons décidé d’en garder 3 sans les tester au cas où les tests ne seraient pas terminés avant le prochain transfert, étant donné que nous étions pressés par le temps dont nous dispositions) par le test du PGS, 2 étaient mauvais et avaient été détruits et les 8 restants étaient de très bonne qualité.

Par ailleurs, Courtney nous a encore fait preuve de sa démarche altruiste en nous annonçant la veille du transfert qu’elle allait arrêter un de ses trois emplois (qu’elle avait commencé récemment) afin d’avoir plus de temps pour se reposer et de ne plus être en contact avec des produits chimiques de nettoyage pendant la grossesse. Nous la remercions vraiment pour cette décision alors que nous ne lui avions rien demandé.

Elle nous a également montré un cadeau qu’elle avait déjà acheté (et oui, elle a craqué ^^) pour notre futur bébé. Un beau t-shirt que le mot « Canada » écrit dessus bien évidemment. Quelle meilleure preuve d’amour et de désir dans sa volonté de nous aider ?

De nouveau, le Skype a été un moment intense et plein d’émotions lors du transfert. Nous repartons donc pour 7 jours d’attente avant de pouvoir faire le test urinaire.C’est un parcours qui nous semble long mais dont nous ne doutons pas de la réussite. Nous espérons tellement que ce troisième transfert sera celui qui va nous permettre de devenir parents et de réaliser notre rêve.

Voir un jour notre enfant courir dans notre jardin chez nous sera notre plus beau cadeau dans la vie. Nous avons des amis qui ont également eu un enfant par le biais d’une surrogacy au Canada et nous espérons pouvoir les voir très vite jouer ensemble et partager leur histoire commune du Canada.